La dernière fois que ma soeurette Cioranette est venue me voir, c'était avec moult provisions. Eh oui, quand on vient chez une pauvresse, on a peur de manquer. Il y avait entre autres de délicieuses petites boulettes de viande que je n'ai pu m'empêcher de copier, dès que j'ai trouvé du hachis en promotion.

Boulettes de veau au parmesan :

boulettes_de_veau_

Froides avec une petite sauce ou nature, c'est un délice. Mais on peut aussi les servir chaude avec une sauce tomate. Bref, une recette à plusieurs facettes.

boulettes_de_veau_mordue_

Pour les proportions, Cioranette est restée vague. C'est l'avantage de tenir un blog culinaire : on peut continuer à faire la cuisine au pif tout en gardant un souvenir écrit et précis. Donc, voici ma version au pif :

INGREDIENTS : 400g de veau haché - 2 gousses d'ail - 60g de parmesan - 80g de chapelure - 1 oeuf - persil.

Mélangez d'abord la viande hachée avec l'ail passé au presse-ail, le fromage, la chapelure et le persil haché, sel et poivre. Quand le mélange est homogène, incorporez-y l'oeuf. Laissez reposer au froid 1h.

hachis_de_veau

Formez ensuite de petites boulettes que vous roulez entre les mains pour bien les compacter. Plus elles sont petites, meilleures elles sont, je trouve. Avec cette quantité de hachis, j'ai obtenu 74 boulettes de 1,5cm de diamètre.

boulettes_veau_crues

Bon, j'avoue, cela ne se fait pas en 3 mn. Plutôt 25mn en prenant mon temps. Mais c'est une excuse idéale pour regarder des inepties à la TV pendant ce roulage...

Cuisson à la poêle de 15mn à feu moyen. On laisse refroidir pour la version apéro et avec une sauce légère yaourt-ciboulette, accompagnées d'un verre de vin, ces boulettes au parmesan sont à croquer. Les saveurs de la viande, du fromage, de l'ail et du persil s'additionnent, se marient et s'enrichissent mutuellement pour le plaisir des papilles. Ces bouchées sont moelleuses en bouche et la chapelure les allège en les rendant moins grasses. Un délice, vous dis-je.

boulettes_de_veau_parmesan

Je dédie ce billet à une inconnue, la mère de la jeune femme qui m'a vendu sur une brocante ce joli service à apéritif en porcelaine sur un plateau de bois, tout neuf. Franchement, 0,50€ pour ce cadeau qu'elle lui avait fait, c'est accorder bien peu de prix à l'amour maternel. L'ingratitude de certains enfants n'a d'égal que le j'en-foutisme de certains parents...