Il me semble que je fais une légère fixation sur le Maroilles. C'est grave, docteur ? Et ce n'est pas aujourd'hui que cette obsession va s'arranger : devant l'autel orangé bricolé dans un coin de ma cuisine avec des emballages de ce fromage de Thiérache, je viens de déposer une cuillerée de ce délicieux chti'crumble d'endives au Maroilles :

crumble_endives_maroilles

Pour rendre cet hommage au dieu Maroilles, j'ai fait étuver des endives émincées dans un peu de bière blanche avec de l'ail et de l'oignon. Pendant leur cuisson, j'ai préparé une pâte à crumble avec le même poids de beurre, de farine et de chapelure (pour utiliser un reste de pain dur), du sel, du poivre, cannelle, gingembre et muscade.

Les endives reposent au fond d'un plat à gratin individuel. Sur ce lit, s'épanouit une belle tranche de Maroilles, protégée par un bonne couche de pâte à crumble. Une vingtaine de minutes au four à 200°C et la messe peut être dite.

crumble_endives_et_maroilles

Tout le monde ne peut pas avoir le bonheur et la chance d'habiter non loin de la Thiérache. Avec l'esprit de tolérance qui me caractérise, j'accepte donc avec mansuétude que vous utilisiez un autre fromage. Mais, je vous le dis, vous ne l'emporterez pas au paradis du Maroilles. Il est irremplaçable, tous ses disciples le savent.

Ce chti'crumble est une merveille. Une alchimie de saveurs où tout est présent mais rien ne domine. L'endive fondante perd toute amertume avec ce Maroilles si doux et à la fois si fier. Exactement ce qu'il faut pour contrebalancer la croûte craquante de parfums chauds et suaves du crumble. Un plaisir simple qui fleure bon le Nord et réjouit les sens.

EDIT : Si vous n'êtes pas encore convaincu, allez donc voir le joli crumble d'Océane sur 1, 2, 3 petits plats.