Si on attend les beaux jours pour se régaler d'une salade composée, je crains que ce ne soit pas demain la veille. Je me suis donc préparée ce midi une jolie assiette plus colorée que l'atmophère grise et humide.

Salade de haricots blanc, mâche et pomme
Vinaigrette wasabi, orange et estragon

salade_mache_haricot

Les haricots blancs sont une manière économique de se procurer des protéines mais je trouve que leur consistance mollassonne n'est guère réjouissante. Je préfère quand c'est ferme et dur en bouche, mon plaisir en est accru. Pour m'éviter l'ennui, j'ai donc opté pour une pomme bien rouge et croquante en accompagnement. Quelques feuilles de mâche sont venues parfaire cette palette contrastée.

Pour la sauce, l'association orange - wasabi - estragon m'avait laissé de bons souvenirs sur un fenouil cru en novembre. La météo actuelle étant digne de ce mois d'automne, je l'ai reprise en y ajoutant juste de l'huile d'olive.

Sauce : délayez une cuiller à café de wasabi dans un jus d'orange, émulsionnez avec une cuiller à soupe d'huile d'olive, ajouter de l'estragon haché (qui aidera à la digestion des haricots blancs)

Mélangez cette sauce à la fois fraîche et relevée aux ingrédients de la salade et saupoudrez d'une volée de gomasio qui la réchauffera.

Si on accompagne cette salade de haricots blancs avec quelques tranches de pain, les acides aminés des céréales complèteront ceux des légumineuses et on obtient alors un plat végétarien tout à fait complet sur le plan des protéines. Et même si on préfére comme moi continuer de manger quelques morceaux de cadavre de ci, de là, cette recette permet de soulager de temps à autre à la fois sa bonne conscience et son porte-monnaie.