Pour la seconde fois, je réponds à ce tag littéraire qui est une manière amusante de découvrir les lectures de chacun. Il m'a été adressé par le blog ça se mange...

La règle est simple : il s'agit de recopier les lignes 5 à 10 de la 14ème page d'un livre que nous aimons particulièrement ou simplement du livre du moment.

Voici le roman que je viens de terminer :

9917662
2008 - Editions du Masque

"   Paniqué, Curdy lança une main devant lui comme pour se défendre.
    Mme Curdy ne se détourna de son écran qu'au moment où elle entendit la détonation. Elle vit son mari tomber et le sang gicler au travers de sa chemise hawaïenne.
    Elle, Soutar l'abattit d'une balle dans la tête."

Je ne résiste pas au plaisir de vous écrire la suite :

    "A l'impact, la balle la fit sauter en l'air et jaillir de son fauteuil avec une force telle qu'elle défonça l'écran plasma en faisant gicler le gaz comprimé à travers la pièce au limieu d'une grêle d'échardes de verre. Sa tête resta coincée dans l'encadrement explosé.
    - Je suis un homme sensible, disait la voix de Rock Hudson avant que le son ne s'arrête.
Mathieson, dont la coupe rasoir évoquait un jeune Marine, entra à son tour dans la pièce.
    - C'est fait, dit Soutar.
    - O.K. On fout le camp.
    - Elle a l'air pas mal dans la télé.
    - Un vedette, dit Mathieson."

En fait, c'est la première fois que je suis déçue par un auteur de polar écossais. Normalement leurs romans sont empreints de ce goût de tourbe qu'a le whisky écossais, une atmosphère glauque qui illustre à merveille les vers de Verlaine : Il pleure sur mon coeur Comme il pleut sur la ville. Ici, la pluie, elle mouille et puis c'est tout. Le héros se retrouve trempé, du pardessus jusqu'aux chaussettes, le pauvre chou ! Et on s'ennuie en attendant que ça sèche...

A mon tour, j'adresse ce tag littéraire aux blogs suivants, si leurs auteurs veulent bien y participer :

Une pincée de thé
Mémoires de ma table
Tambouille Tout