Le crumble de sardine est un grand classique de la cuisine de placard (on écrase simplement les sardines directement dans leur boîte, on saupoudre de miettes de biscuits apéro et on enfourne). Pourtant, cette recette ne m'avait jamais inspirée car je trouve que la consistance et le gras de la sardine à l'huile s'accordent mal avec le croustillant du crumble. Jusqu'au jour où je me suis penchée sur le sujet et me suis dit qu'il suffisait d'y joindre un troisième élément (et quelques détails...) pour rendre cette association plus harmonieuse. C'est ainsi qu'est né le...

Crumble à la pâte de speculoos de sardines pimentées sur lit de polenta

crumble_de_sardine_1

  1. Au fond d'une petite terrine individuelle huilée, une couche de polenta de maïs cuite au lait.

  2. Des sardines à l'huile, égouttées, écrasées et relevées de piment rouge émincé et d'estragon haché.

  3. Une pâte à crumble faite de 2/3 de biscottes émiettées et 1/3 de pâte de speculoos.

Il ne reste qu'à enfourner 15 à 20 mn à 180°C.

crumble_sardine

Si on tasse bien la polenta au fond de la terrine, le crumble se démoule assez facilement après cuisson :

crumble_de_sardine

Bon, je conçois que l'idée de mélanger pâte de speculoos et sardine dans une même recette peut sembler extravagante (voire même vomitive...) mais la présence de la polenta calme vraiment le jeu et, foi de gourmande, ce crumble forme, contre toute attente, une osmose parfaite de saveurs et de sensations. Une preuve, s'il en fallait une, des miracles que peut créer l'alchimie culinaire.

Cette pâte à crumble, si simple et rapide à faire, est hyper-croustillante. La biscotte pompe avec bonheur le côté huileux et sucraillé de la pâte de speculoos et on obtient une croûte avec juste un arrière-goût sucré. La saveur d'épices du speculoos reste présente sans être pesante.

La sardine, quant à elle, arrache la bouche (je n'ai pas lésiné sur le piment...) et fouette les sens mais sans trop d'excès car le feu du piment est vite calmé par la douceur rustique de la polenta au lait. Et la petite touche de fraîcheur mentholée apportée par l'estragon offre un contre-goût bien agréable.

Bref ce crumble procure un festival de sensations et de saveurs où tout est présent mais rien ne domine. Evidemment, on est loin de la grande gastronomie française mais je trouve que cette recette montre avec un plaisir gourmand que la cuisine de placard peut aussi enchanter le quotidien.

Si cuire de la polenta dépasse vos capacités culinaires, vous pouvez la remplacer par une pomme de terre écrasée ou tout simplement de la purée en flocon. Le piment de la sardine est bien sûr facultatif mais une bonne dose de poivre reste nécessaire, selon moi, pour garder ce jeu subtil entre les saveurs. Et au lieu de pâte de speculoos, on peut prendre quelques biscuits émiettés avec un peu de beurre pour les amalgamer.