Ma soeurette Cioranette est venue me voir hier avec, comme à son habitude, tous les ingrédients pour un repas aussi complet que délicieux. J'ai ainsi découvert le rice-cooker iranien, indispensable pour un véritable ...

Riz à l'iranienne
(enfin, un peu revu et corrigé par Cioranette)

riz_iranien_entier

Attention à ne pas confondre, le rice cooker iranien n'a rien à voir avec son homologue chinois.

Rice cooker iranien

rice_cooker_iranien

Les mots en alphabet étrange ne sont pas de l'arabe mais du perse car ce rice cooker vient directement de Téhéran d'où Sofia, la voisine iranienne de ma soeur, le lui a apporté l'année dernière. Si l'envie vous en prend, on en trouve selon Cioranette dans les magasins iraniens de Bruxelles. En France, je ne saurais le dire.

Cet appareil n'a pas de minuterie et juste deux niveaux de puissance. Il comporte une grande cuve en inox pour mijoter (les tajines y sont incomparables) et une plus petite, couverte d'un revêtement spécial, pour la cuisson du riz à l'iranienne. Une demi-heure suffit pour préparer ce gâteau de riz safranné à la croûte aussi dorée que croustillante :

riz_iranien_coupe

Ah, c'est bien meilleur encore que le riz à l'iranienne que j'avais cuisiné dans une simple casserole !

Pour la mise en oeuvre, faites tremper un verre de riz basmati par personne dans de l'eau froide 1h minimum. Rincez longuement à l'eau claire et déposez dans le rice cooker allumé à la puissance 2. Cioranette verse alors 1,5 verre d'eau chaude salée où elle a dissous une dosette de safran alors que, selon la recette classique, le safran est incorporé avec un peu d'eau en fin de cuisson de manière hétérogène. Elle ajoute aussi à sa mode quelques raisins secs.

Quand toute l'eau est absorbée, faites des trous dans la masse de riz avec la queue d'une cuiller de bois pour y mettre de l'huile d'olive. C'est elle qui permettra la formation de cette croûte incomparable.

Ce gâteau de riz salé est une pure merveille. C'est aussi bon que beau. Les grains ne collent pas du tout, ils sont tendres à souhait et délicatement parfumés par le safran. La croûte forme un contraste croustillant on ne peut plus réjouissant (pour ne pas dire jouissif...) et ces grains de raisins secs caramélisés sont le point d'orgue qui fait de ce riz un délice dont mes papilles se souviendront longtemps.

Cioranette a accompagné ce riz iranien de petits pois au curcuma d'inspiration marocaine et de poulet tandoori indien, préparé à sa manière bien sûr :

assiette_cioranette

Une assiette colorée aux saveurs non moins joyeuses qui, contrairement à mon attente perplexe, s'accordent très bien entre elles. Ma soeurette Cioranette a un sens aigü des harmonies culinaires, je le reconnais avec gourmandise.