Le potjevleesch, ou potjevleisch, est un grand classique de la cuisine du Nord. Pour la prononciation, ne vous inquiétez pas, les intimes l'appellent potch. Il s'agit d'un ensemble de quatre viandes en gelée : poulet, lapin, porc et veau.

Ce nom flamand signifie petit pot de viande. On le sert donc en terrine mais on le trouve souvent dans les magasins en bocaux de verre, du moins dans la région. J'ai donc pensé que c'était la recette idéale pour participer au concours proposé par la marque bien connue Le Parfait (heureusement prolongé jusqu'au 27 septembre). Sans foi ni loi, j'ai osé procéder à quelques ajustements dans la recette d'origine, y ajoutant allègrement algues, gingembre et citronnelle pour lui donner des accents asiatiques. Espérons que les ch'ti puristes me pardonnent...

Pot'je vleesch asiatique à ma façon

potche

Pour 3 grands bocaux de 1 litre :

3 cuisses de poulet - 3 cuisses de lapin - 300 g de porc - 300 g de veau - 1 bouteille de vin blanc sec - 25 cl de vinaigre de riz - 100 g de racine de gingembre - 3 bâtons de citronnelle - 2 morceaux d'algues kombu royal séchées

Entassez dans une grande marmite les cuisses entières, le porc et le veau en gros morceaux, la racine de gingembre entière et les bâtons de citronnelle fendus. Arrosez avec le vin et le vinaigre, salez et laissez cuire à feu doux 1 h sachant que la cuisson se poursuivra durant la stérilisation des bocaux.

Retirez les viandes du bouillon, séparez les cuisses en deux en jetant la peau du poulet. Coupez le gingembre en tranches. Gardez la citronnelle. Afin de le clarifier et le dégraisser, passez le bouillon dans une grande passoire garnie d'une double épaisseur d'essuie-tout.

Le kombu aura trempé une vingtaine de minutes dans de l'eau fraîche pour le réhydrater et les bocaux seront préparés selon les conseils du site Le Parfait. Il ne reste plus qu'à les remplir en alternant viandes, algues découpées, rondelles de gingembre et citronnelle, recouverts du bouillon. Stérilisation, selon les règles de l'art bien sûr, durant au moins 1h30. La veille du festin, faites réfrigérer les bocaux.

Traditionnellement, le potjevleesch se sert avec des frites dont la chaleur font délicieusement fondre la gelée. Pour garder un esprit asiatique, choisissez plutôt des pommes de terre vapeur saupoudrées d'un voile de gomasio.

Le potjevleesch est un plat que j'adore au naturel mais cette variante n'est pas si farfelue que cela, elle m'a tout à fait conquise. Le kombu apporte une note très légèrement marine qui rehausse la saveur de la gelée. La citronnelle et le gingembre donne au plat un agréable contraste de goût avec les viandes blanches un peu fades. Bref, voilà une manière toute simple de renouveler le plaisir d'une recette traditionnelle.