Les expériences expérimentales en cuisine, rien de tel pour s'amuser. On mélange les ingrédients au petit bonheur la chance et, justement, parfois la chance sourit comme aujourd'hui. Les éléments après cuisson forment une osmose parfaite et c'est le bonheur dans l'assiette (par contre, les fées de la photo étaient, elles, parties courir la prétentaine...).

Cake à la betterave et aux algues nori
en croûte de  gomasio de wakamé

cake_betterave_algue

J'avais déjà testé les betteraves rouges en petits cookies salés, c'était très bon. J'ai eu envie d'en faire un gros cake en y associant des algues nori pour créer un effet terre-mer renforcé par un saupoudrage de gomasio au wakamé.

La surprise délicieuse est venue de ce condiment qui apporte une saveur vraiment particulière au cake avec un croustillant non moins gourmand. Et comme j'ai testé sur ce cake une moitié sans ce gomasio aux algues, je peux vous affirmer que c'est beaucoup mieux avec. Franchement, j'ai hâte de le cuisiner saupoudré sur des muffins et autres biscuits salés.

Attention tout de même : le gomasio de wakamé ne contient pas de sel contrairement au gomasio classique. Ils ne sont donc pas du tout interchangeables.

Ingrédients : 200 g de betteraves cuites - 170 g de farine - 1 cuillère à café de bicarbonate de soude (ou levure chimique) - 100 g de beurre - 4 oeufs - algues nori déshydratées - gomasio de wakamé -

Râpez gros les betteraves rouges, incorporez ensuite un oeuf, puis un peu de farine, puis encore un oeuf et ainsi de suite en ajoutant la poudre levante dans la dernière part de farine. Finissez par le beurre fondu et les algues nori à volonté (perso j'en ai mis 2 cuillères à soupe). Versez dans un moule à cake (que je protège d'un papier-cuisson pour éviter d'avoir à le beurrer). Saupoudrez bien sûr de gomasio de wakamé et enfournez à 180°C pour environ 40mn.

Si vous trouvez que les cakes salés sont toujours trop secs, essayez donc cette version à la betterave, moelleuse à souhait. Je pense même que l'on devrait pouvoir diminuer la quantité de beurre. La pâte crue était bien sûr rouge betterave. Sa couleur étrange après cuisson reste un mystère pour moi. Aussi bien, les phénomènes chimiques sont toujours été un grand secret à mes yeux.