Le nez qui coule, la gorge qui gratte, une bonne occasion de me faire une tisane anti-infectieuse avec le thym et le romarin du jardin. Sauf que les pauvres plantes sont bien rabougries sous le froid et la neige. Heureusement, les racines de gingembre les remplacent efficacement pour une boisson revigorante.

Samedi dernier, j'étais en train de me préparer une boisson au gingembre miellée quand ma fille m'a téléphoné. Pour une infusion plus efficace contre les microbes, elle m'a conseillé le Yogi Tea. Et voici la recette qu'elle suit :

- 1 à 2 bâtons de cannelle (5 à 7 cm)
- 1 à 2 morceau de gingembre
- 5 à 7 gousses de cardamomes vertes fendues
- 1 à 2 clou de girofle
- 2 à 3 grain de poivre noir
Le tout pour 1/2 litre d'eau froide.
Portez le tout à ébullition et à frémissement pendant 10 minutes
Filtrer et sucrer selon le gout

Oh la la ! Des bâtons de cannelle ? Mais c'est bien trop cher pour moi ! J'ai donc concocté une version pour pauvresse de ce Yogi Tea avec le contenu de mon placard à épices :

Le Yogi Tea à ma façon

yogi_tea

Pour 1 litre d'eau froide : 30 g de racine de gingembre en dés - 15 clous de girofle - 15 grains de poivre blanc - 10 gousses fendues de cardamone verte - 1/2 cuillère à café de cannelle en poudre - 1/2 de fenugrec.

Faites bouillir 5 minutes et laissez infuser 5 autres minutes. Filtrez, sucrez au miel. Servez-vous un grand bol et gardez le reste au chaud dans une bouteille thermos pour en boire toute la journée.

J'ai mis peu de cannelle pour qu'elle ne masque pas la saveur des autres épices. Et j'ai ajouté du fenugrec car il traîne là depuis longtemps et si ça ne fait pas de bien, ça ne fait pas de mal...

Le breuvage est parfait à mon goût. Bien sûr, c'est le piquant du gingembre qui domine, épaulé par le poivre. Toutefois, les autres épices adoucissent agréablement la boisson. Et, je ne sais si c'est psychologique ou physique, mais on se sent bien mieux après quelques bols. En tous cas, j'adopte la recette avec plaisir.

Il paraît qu'il se vend du Yogi Tea déjà préparé en sachets. Mais au prix du fait-maison, il faudrait être fou pour dépenser plus, non ?