La rue Gustave Joncquet se situe dans le quartier de Wazemmes et donne dans la rue des Postes. En fait, je n'y avais jamais mis les pieds et l'ai découverte pour la prendre en photo (avec le même appareil que précédemment et qui, hélas, marque la date sur le cliché). C'est, ma foi, un bel exemple de variations autour de la brique.

Cette façade en enduit n'illustre pas vraiment mon discours mais on y distingue tout de même de jolis dessins en céramique et briques vernissées. Et puis, elle montre comment étaient bien des rues de Lille de mon enfance. Un sacré travail de rénovation a été fait depuis dans toute la ville.

S6300748

Deux maisons jumelles mais peintes différemment :

S6300749 S6300751

Et encore ces maisons en miroirs que j'apprécie :

S6300750

Un peu étrange, celle-ci :

S6300753

Une ouverture vers les arrières-cours :

S6300756

Cette façade ne paie pas de mine ...

S6300760

mais possède de bien jolies céramiques Art Nouveau :

S6300762

S6300763

S6300765

Plus loin, ce sont des mosaïques qui décorent porte et fenêtre :

S6300767

Remarquez, sur la première maison, les balcons et balustrades qui rétrécissent avec les étages :

S6300772

Ah, un bow-window ! Cela me manquait...

S6300773

S6300774

Un petit air Art Déco, pour ceux qui aiment :

S6300777

Au bout de la rue, une caserne de pompiers :

S6300778

Et en face, des maisons plus cossues :

S6300779

cossues et tape à l'oeil :

S6300780

Comme la camionnette d'ailleurs, dans un autre genre.

S6300782

S6300785

Gustave Joncquet n'a certainement pas connu ce style d'habitation dans sa jeunesse. Issu d'une des nombreuses familles ouvrières pauvres de Lille, il fut un des premiers socialistes de la ville dans les années 1880. Devenu libraire, il a fondé en 1882 l'hebdomadaire Le Forçat, "publication révolutionnaire poussant à la haine des ouvriers contre leurs patrons", dixit la police de l'époque. Les socialistes ont un peu changé à Lille...