Je suis maladeuuuu,
Complètement malade, troiiiiiis ! (oui, certains ont été traumatisés par Serge Lama...)

A force de chaud et froid, d'humidité, le virus m'a attaquée. Oh, c'est juste le petit banal qui gratouille la gorge, fait couler le nez et vous met dans un état second. Heureusement, je n'ai pas de travail, pas d'enfant, pas de mari à la maison et je suis ainsi faite que la vaisselle sale s'entassant dans l'évier ne trouble en rien ma quiétude. Je peux donc passer toute la sainte journée vautrée dans le canapé, entre coussins, plaids et bouquins. De temps à autre, je pose mon roman pour somnoler ou rêvasser (et raconter un peu ma vie sur mon blog...).

Ne me plaignez surtout pas, j'adore être malade de cette manière, flottant dans un monde parallèle, ouaté et éthéré. En plus, c'est l'occasion idéale pour découvrir de nouvelles boissons chaudes comme ce thé parfumé maison :

Thé à la pomme

the-pomme

Le stick de cristaux de sucre doré que vous voyez à gauche a été déniché par ma soeur dans une épicerie iranienne à Bruxelles.

sucre-iranien

Il s'agit d'une sorte de sucre candi aggloméré sur un bâtonnet et entremêlé de filament de safran. Souverain contre tous les maux de gorge !

Bâtonnets de sucre iranien au safran

sucre-iranien-safran

Revenons à mon thé à la pomme :

1 l d'eau - 2 pommes - 1 petit bâton de cannelle - thé noir (vrac ou sachets à votre goût)

Avec des pommes bio, on peut se contenter de mettre simplement les épluchures, le coeur avec les pépins et on mange le reste. Mes pommes sont chimiques, je n'ai utilisé que la chair coupée en petits dés qui cuiront plus vite.

Faites chauffer l'eau avec les pommes et la cannelle. Quand les fruits sont tendres, passez-les dans une passoire fines en appuyant du dos d'une cuiller pour recueillir tout le suc des pommes. Faites chauffer à nouveau ce jus et laissez infuser le thé. A défaut de sucre iranien, adoucissez avec du miel.

Bien sûr, le parfum de ce thé est bien moins fort que celui des thés aromatisés industriels. Mais il est plus subtil aussi et n'aggresse pas les narines de ces bouffées d'éthanal qui me rappellent trop les cours de chimie du collège.

Et pour varier les plaisir, essayez donc le thé à la lavande, le thé aux épices douces ou même, le faux thé du pauvre yogi malade.