La semaine dernière, j'ai reçu un mail inattendu : le Prince de Bretagne en personne me proposait un colis de légumes de sa région si je postais sur mon blog une de ses vidéos personnelles. Bah, Esaü a jadis vendu son droit d'aînesse pour un plat de lentilles, je peux bien faire de même avec ma Cuisine de Quat'Sous contre un panier de légumes princiers.

Je me mets donc à regarder les vidéos en question, pas du tout Point de Vue-Images du Monde, en fait. Courtes et détaillées à la fois, elles montrent comment apprêter les artichauts Prince de Bretagne. Vous apprenez ainsi à extraire le fond d'un gros artichaut comme les pros ou de manière plus facile et accessible. Il y a aussi la préparation des petits artichauts violets et une recette en marinade (perso, en plus de l'ail, j'aurais rajouté dans l'huile des branches de thym, romarin ou sauge, des grains de poivre, graines de fenouil ou coriandre mais bon, je ne suis pas princesse).

Seulement, au bout d'un petit temps, un doute me vint. A force de voir ces pauvres artichauts se faire arracher la queue, trifouiller le coeur, débiter en morceaux et ébouillantés, je me suis demandé s'il ne s'agissait pas en réalité du SOS désespéré d'un obscur Fond de Libération de l'Artichaut Prince de Bretagne. C'est vrai quoi, on fait tout un foin sur les mauvais traitements aux animaux d'élevage mais qui parle de la souffrance de l'artichaut que nous effeuillons, sans coeur que nous sommes ?

J'en étais à ces considérations quand j'ai commencé la dernière vidéo. Là, tous mes doutes se sont envolés comme feuilles mortes à l'automne. Certes, il m'est arrivé de cuisiner des petits artichauts violets ou des fonds (achetés paresseusement en conserve ou surgelés) mais, depuis l'enfance, c'est de manière simple que je préfère l'artichaut : tiède, cuit à l'eau avec les feuilles trempées dans une sauce à la crème ou au yaourt. Et là, grâce au bon Prince de Bretagne, je découvre une nouvelle manière de le cuire, au four et surtout qu'on peut le farcir entier. Bref, je suis tout à fait séduite par cette idée géniale et originale !

Entre nous, je dois avouer que la voix off aussi m'a charmée. Une voix mâle, posée, calme et rassurante. C'est simple, quand le soir je suis trop énervée, je m'écoute une ou deux vidéos artichautières et après, je m'endors comme un gros bébé.

Allez, avant d'aller dormir, passons en cuisine pour cet artichaut farci dont, cela va sans dire, je n'ai pas suivi la recette à la lettre. Pas de lardons chez moi ni de tomates, j'ai pris des petits pois et des carottes puis j'ai remplacé le riz par du quinoa qui me restait. Je n'allais pas non plus chambouler toutes mes habitudes en même temps et j'ai donc cuit mon artichaut à la cocotte-minute. Pardonnez mon laisser-aller, monsieur le Prince de Bretagne.

Artichaut farci au quinoa, carottes et petits pois

artichaut-farci

L'artichaut est donc cuit au préalable comme vous l'entendez. Quand il est un peu refroidi, on écarte les feuilles du sommet et, comme le montre la vidéo, on enlève les toutes petites feuilles et le foin. On remplit alors d'un mélange quinoa cuit-carotte-petits pois saupoudré de piment d'espelette. Si vous appréciez, comme moi, l'artichaut tiède, faites-le réchauffer 15 mn au four.

Pour fêter les beaux jours du printemps, effeuillons gaiement l'artichaut et régalons-nous !

artichaut-farci-quinoa

Pour d'autres idées de recettes avec l'artichaut : les artichauts poivrades à mes façons, les rillettes de thon-artichaut, rillettes de poisson-artichaut, rillettes de sardine-artichaut-haricots, flans d'artichaut sans oeuf, caviar d'artichaut, artichaut norvégien, curry de fonds d'artichaut.