Dans le quartier, les chats sont assez nombreux à baguenauder de jardins en jardins, faisant leur sieste ou leurs besoins à l'ombre d'une haie ou au milieu d'un parterre. J'en vois souvent chez moi où ils savent trouver la tranquillité, pas un enfant pour les déranger.

L'autre matin, en ouvrant mes volets, j'ai découvert le spectacle que m'a laissé l'un d'eux, un puzzle de tourterelle :

tourterelle
Sauras-tu retrouver la tête de la tourterelle ?

Vilain chat ! Pas de souci, il sera bien vite puni car les chats, je ne les vois passer dans mon jardin que quelques mois au plus. Après, ils sont remplacés par d'autres, ayant payé leur tribut à la tribu des voitures comme souvent en ville.

En attendant, une tourterelle veuve (ou veuf) roucoule tristement sur les arbres du coin et, dans mon anthropomorphisme pitoyable, je l'imagine pleurant son amour perdu, parti au paradis des animaux rejoindre le lapin de Ghyvelde.