Quand on est blogueuse culinaire, on culpabilise de manger son camembert tout simplement sur du pain, on se sent obligée de le cuisiner. Comme la bise de l'automne est de retour, j'allumai donc le four et découvris par la même occasion le camembert rôti. Enfin, rôti à ma manière.

Je me suis tellement régalée que je vous en conjure : pour l'hiver, oubliez les sempiternelles tartiflettes et fondues au fromage, passez plutôt à la camembert-party ! En variant les parfums du pesto camemberesque, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Mon camembert au four et au pesto de sauge asiatisant

camembert-pesto

Pour 4 petits ou 2 gros mangeurs :

1 camembert - 2 bonnes poignées de feuilles de sauge - 1 petite poignée de fines herbes (persil, mélisse, menthe, romarin, marjolaine, etc, au choix) - 1 cc de gingembre râpé - 1 cs de pignons de pin - 1/2 cc de piment d'espelette - 1 cc de wasabi en poudre  (facultatif) - 1 cs d'huile de sésame

Passez plusieurs fois sous le robinet d'eau le dessous de la boîte du camembert pour que le bois s'imprègne d'eau. Il ne risque guère de brûler au four en si peu de temps mais, avec cette précaution, le fromage ne collera pas aux parois. Replacez le camembert dans sa boîte mouillée.

Si votre camembert habite dans une boîte en carton, jetez-la sans la passer sous le robinet. Posez le fromage sur un carré de papier sulfurisé. Plaquez-le contre les bords du camembert et tortillonnez les quatre coins pour former ainsi un nid douillet.

Découpez un cercle sur le dessus du camembert, le long du bord. Détachez ce couvercle de croûte et placez-le dans le bol du mixeur avec les autres ingrédients. Mixez longuement.

Tartinez de ce pesto le dessus du camembert, pour remplacer la croûte enlevée. Placez le fromage et sa boîte dans un petit plat à four :

camembert

Enfournez à 200°C pour 10 à 15 minutes.

camembert-roti

Et c'est parti pour le régal ! Surtout avec un tel pesto d'enfer ! La sauge se sent à peine mais son côté rustique sied à merveille au camembert. Le gingembre nous met un coup de frais en bouche, délicieusement piquant. Le piment en rajoute à bon escient mais la trouvaille, c'est l'huile de sésame qui apporte une note noisetée qui assemble sous sa douceur toutes les saveurs de ce pesto de caractère.

camembert-pain

Y tremper du pain, c'est pas mal. Le verser sur des pommes de terre vapeur, c'est sublime !

camembert-pomme-terre

Et pour votre prochaine camembert-party, vous avez le choix des parfums : pesto de roquette, cresson, pissenlit, épinard, fanes de carotte, pesto à la betterave rouge, au chou-fleur, à la noix de coco et curry ou, pour les plus aventuriers, une version marine à la sardine. Bien sûr, vous remplacerez le fromage d'origine de ces pestos par la croûte enlevée au camembert.

~~~~~~~~~~

Pour répondre à ceux qui se demandent comment naît l'inspiration culinaire, je m'en vais vous raconter la genèse de cette recette.

C'était donc la première fois que je mettais un camembert au four. Le camembert rôti classique avec fruits secs, herbes de Provence et miel, c'est fait et refait, je l'avais croisé sur plein de blogs, pas la peine d'en rajouter un. Google m'a montré plusieurs camemberts au pesto, proposition plus alléchante à condition, évidemment, de trouver un pesto de derrière les fagots. J'étais juste ennuyée par l'ajout au camembert du parmesan du pesto. Et puis, il y avait la version de Jamie Oliver reprise sur plusieurs blogs. Il enlève un couvercle au camembert et le remplace par de l'ail et du romarin. Et cette croûte enlevée, qu'en fait-il ? Il la jette. Mais ils sont fous, ces British !!!!

J'étais effarée mais j'avais le début de ma recette : enlever un couvercle au camembert et en faire la base du pesto. Pour la suite, je suis descendue dans mon jardin pour y cueillir du romarin. Enfin, juste une branchette. J'ai plutôt choisi de la sauge qui a bien poussé pendant cet été pluvieux et j'ai complété par le romarin donc et quelques feuilles de ce qui restait encore  potable : mélisse, menthe, marjolaine, sarriette. J'ai mis tout cela dans le bol du mixeur avec les pignons de pin classiques (merci à ma soeurette pour ce gros paquet !) et du piment d'espelette pour relever le tout. J'allais compléter tout bonnement avec de l'ail quand je me suis souvenue du morceau de racine de gingembre qui sommeille dans la porte du frigo. Allez zou, c'était parti pour envoyer le pesto au pays du Soleil Levant : gingembre donc et la suite logique, wasabi et huile de sésame.

Voilà comment on se réinvente le quotidien en cuisine : on mélange plusieurs recettes et on les interprète avec les ingrédients qu'on a sous la main. Rien de bien sorcier, vous voyez.