Caché sous les fleurs de carotte et les ronds de gruyère, on ne distingue guère l'ingrédient principal de ce bento, des poireaux marinés, un peu dans l'esprit de ma salade cuite marinée.

bento

 

La veille au soir, j'ai fait revenir dans de l'huile de sésame le poireau coupé en courtes lanières avec une gousse d'ail écrasé, une noix de gingembre râpé et de la pâte de piment. En 15 mn à couvert, le poireau est cuit. Pour apporter une touche acidulée, j'ai ajouté une giclée de vinaigre de vin plus des raisins secs. Zou, tout dans le bento et, une fois refroidi, direction le frigo !

Les carottes en rondelles ont été cuites avec les pommes de terre de la purée du soir puis retaillées en fleurs à l'emporte-pièce. Cinq petits ronds de gruyère les accompagnent.

L'oeuf dur carré vous interpelle ? Ah, vous ne saviez pas encore qu'ils ont inventé des poules transgéniques qui pondent des oeufs cubiques ? C'est bien plus pratique pour les ranger !

Quant au riz basmati, il est cuit le matin même car le riz de la veille, c'est vraiment moins bon. Pour une cuisson plus rapide et des grains bien détachés, je l'ai fait tremper dans un bol d'eau avant de me coucher. En préparant mon thé du petit déjeuner, j'ai jeté le riz bien rincé dans une casserole d'eau parfumée de 5 gousses de cardamone fendues et 2 clous de girofle. Le riz, une fois cuit, est refroidi sous le robinet, égoutté puis, dans le bento, saupoudré de gomasio. J'adore le riz et, mangé en alternance avec les légumes, non, je ne le trouve pas sec du tout et il est parfait pour calmer le feu du piment.

8h du mat', j'ouvre la fenêtre, pose une planche sur le rebord, 3 photos du bento face au soleil timide qui se lève.

8h05, me voilà partie, le bento dans le sac avec la promesse d'une pause-déjeuner quelque peu piquante.