Rien à voir avec L'île aux enfants de votre enfance (ou l'enfance de vos enfants, ou celle de vos parents...), non, le riz Casimir est une recette de cuisine suisse qui m'a été envoyée par une Belge, Sandrine, en guise de participation à La Cuisine des Restes. Si vous publiez une recette de restes sur votre blog, envoyez-moi donc le lien et vous pourrez ainsi la partager ici lors du prochain rendez-vous, le 20 janvier 2014.

Le riz Casimir de Sandrine

(Cette recette nécessite normalement de la viande blanche. A défaut, Sandrine a utilisé des petits haricots)

"Après les fêtes, il me restait
 -     Des cacahuètes salées
 -     Un manuel scolaire reçu de Suisse
 -     Pas de viande blanche
 
J’ai utilisé le tout pour préparer un à-peu-près “Riz Casimir”
 
 -     Cuire du riz
 -     Tremper les cacahuètes pour les débarrasser du sel, égoutter, hacher grossièrement.
 -    A part, faire revenir des oignons émincés, ajouter la viande blanche coupée en lanières (ou si comme moi vous n'en avez pas, une autre option plus veggy).
 -     Ajouter 100ml de jus de rôti , préparé comme mentionné sur le sachet de poudre. Ajouter de la poudre de curry
 -     Si l’on veut plus de sauce, ajouter de la farine et allonger au bouillon, ou ajouter de la crème
 -     Ajouter le contenu d’une boite de salade de fruits (fruits et jus). Ou d’autres fruits exotiques réchauffés : banane – ananas
 -     Ajouter les cacahuètes
 -     Servir riz et sauce - ça n’a rien à voir avec le gloubi boulga, c’est bien meilleur
 
Le riz Casimir est un classique en Suisse, on le trouve régulièrement à la table familiale et même dans les restaurants.
Et pourtant il ne contient pas d’ingrédients du pays, pourquoi ce plat est-il si populaire?
 
La réponse se trouve dans le manuel scolaire :

Croqu'menus

croque'menus

Le manuel scolaire “Croqu’Menus” (Tiptopf en allemand) est présent dans toutes les cuisines Suisses, souvent même en plusieurs exemplaires. Parce que chaque enfant le reçoit de l’école lors des cours de cuisine / alimentation, vers 12 ans
 
Et voilà comment un plat franchement exotique est devenu une référence nationale. Par l’éducation."

Sandrine