On le sait bien, le monde du travail est une jungle. Afin de mieux l'affronter, je me suis préparé jeudi dernier un bentô Survivor avec les produits de La Boîte à Miam du même nom.

Mon Bentô Survivor

bento-survivor

Évidemment, j'ai évité les boîtes kawaii en plastique et j'ai opté pour du lourd, du massif, du costaud, ma gamelle à 3 étages en inox made in Deutschland. A la guerre comme à la guerre !

Commençons par la droite de la photo avec une betterave en mini-dés + ciboulette dans une coupelle rose (un peu de girly dans ce monde de brutes...). En accompagnement, feuilles de batavia et endive ciselées avec des fruits secs du Trail-Mix de Seeberger (je vous conseille d'ailleurs ce mélange sucré-salé pour réveiller les salades composées d'été !).

Au premier plan, radis et tomates cerises pour croquer frais. Puis 2 petits sandwiches au pâté épicé Hénaff avec, en invités surprises, 2 crickets de Jimini's :

bento-survivor-cricket

Elles commencent à vous peser sérieusement, les conversations de vos collègues qui tournent toujours autour du boulot et de leurs derniers achats ? Mettez des crickets dans votre lunch-box, ça les fera parler d'autre chose !

Pour le dessert, une orange coupée en dés et arrosée de Miel et aloe vera de Lune de Miel. Puis 2 gelées de fruits préparées avec le Smoothie Superfruits de Nu (20 cl de jus bouilli 1 mn avec 0,5 cc d'agar-agar) décorées de mini-coeurs en sucre rose car, sans amour, comment survivre ?

Si vous désirez le détail de la mise en oeuvre :

  • La veille : les légumes sont nettoyés, la betterave est coupée dans sa coupelle, le 2ème étage est entièrement préparé (sandwiches, radis, tomates et bêbêtes), les gelées de fruits sont moulées.
  • Le matin même pour plus de fraîcheur : la salade est ciselée, l'orange épluchée au couteau puis coupée, les gelées sont démoulées, j'assemble tous les éléments.
  • Juste avant le départ, à 7h55 : le ciel est gris, il fait sombre à l'intérieur, j'installe donc un tabouret sur la terrasse + un set de table et je dispose au feeling les étages du bentô. Clic, clac, une dizaine de photos en rafale, 3 fois plus que d'habitude parce que je voulais être sûre qu'il y en ait au moins une potable (ou plutôt mangeable...) et l'affaire est dans le sac.