Les champignons de Paris sont bien pratiques, un légume toujours de saison ! Le seul reproche qu'on peut leur faire, c'est que ça freint à la cuisson*. Alors, je les fais souvent en salade et, pour compenser leur peu de saveur, je vous propose un assaisonnement qui leur apportera du caractère, une vinaigrette à base de moutarde, citron et estragon.

champignons-salade

Pour une barquette de 250 g de champignons de Paris :

1 cs d'huile - 2 cs de moutarde forte - 2 cs de jus de citron - 1 cs d'estragon haché (frais ou surgelé) - poivre

Les proportions sont bien sûr à adapter selon votre goût. Perso, je mets peu d'huile et je ne sale jamais une sauce avec de la moutarde. Par contre, j'ajoute plein de persil plat ciselé pour les vitamines.

Selon que vous appréciez les champignons croquants ou un peu moelleux, servez de suite ou après un temps de repos (30 mn à température ambiante chez moi).

~~~~~~~~~~~~

* : "ça freint à la cuisson", voilà une expression que je n'ai jamais entendue que dans la bouche de mon ex-belle-mère. Pourtant, c'est tellement  plus joli que le classique "ça réduit à la cuisson".

A l'époque, j'avais fait des recherches dans quelques dictionnaires papier de français (c'était avant l'invention du Web) et le verbe Freindre en était carrément absent. D'ailleurs aujourd'hui, même Google le grand Je-Sais-Tout feint de ne pas comprendre et nous renvoie vers Feindre, pfff.

Enfin, il propose toutefois quelques dictionnaires savants où on trouve une utilisation de ce verbe en agriculture pour parler des céréales qui diminuent de volume dans leur silo. J'ai trouvé le freindre de Belle-maman uniquement dans un Glossaire Culinaire canadien qui donne "les définitions de tous les termes couramment employés en cuisine" et donc, pour lui, Freindre = faire réduire.

Mon hypothèse est que le verbe freindre fait partie d'un vocabulaire culinaire d'antan, disparu des cuisines françaises actuelles, sauvegardé au Canada. Mais peut-être, ça freint aussi dans votre cuisine et vous avez d'autres informations pour satisfaire ma curiosité ???

EDIT - Mon fils, qui sait mieux utiliser Internet que sa mère, vient de m'apprendre par mail qu'il est fait mention de ce verbe dans un dictionnaire Rouchi-Français de 1834 consultable en ligne (Le Rouchi, que je découvre par la même occasion, est une variante du Picard (= Ch'ti) parlé, à l'époque, du côté de Valenciennes) :

"Freindre = Diminuer par l'évaporation, éprouver du déchet par le dessèchement"

 Les auteurs de ce dictionnaire précisent que la traduction n'existe pas en français : "Ce verbe manque". Comme quoi, imposer une langue unique fut certes utile pour l'union nationale mais, manifestement, les patois possédaient bien des nuances que la langue française a perdues. Bref, ça continuera de freindre dans ma cuisine, na !