Ce dimanche était bien bleu sur le Nord. Afin d'aérer la citadine que je suis, un gentil automobiliste de ma connaissance a donc décidé de m'emmener dans les rues de Condé sur l'Escaut (ne pas confondre avec le voisin Vieux-Condé), une petite ville du Valenciennois.

Bon, en fait, nous manquions de temps, la balade fut rapide, nous avons raté les fortifications de Vauban et d'autres monuments. Mais franchement, même en ne voyant pas tout Condé, j'avais vraiment l'impression d'être en vacances devant ces charmantes vieilles pierres situées à moins d'une heure de Lille.

En arrivant à Condé sur l'Escaut, on se gare sur la grande place Verte. Au coin, se dresse le château de Bailleul du 15ème siècle, abandonné mais avec encore fière allure :

conde-1

Au centre de la place Verte, un kiosque à musique du 19ème siècle :

conde-2

Au bout de la place, la surprenante église Saint Wasnon :

conde-3

L'église en elle-même a été construite au 18ème siècle par Pierre Contant d'Ivry. Architecte du roi, on lui doit notamment l'Hôtel de Crozat devenu le Ritz, à Paris. Le clocher déporté date, lui, du début du 17ème siècle. Des briques, une toiture d'ardoise et de charmants clochetons, il forme un drôle de couple avec le corps de l'église au style néo-classique.

La balade se poursuit dans les rues de Condé jusqu'au pied de l'Hôtel de Ville à la façade grandiloquente, encore du 18ème :

conde-6

Sur la même place, une maison un peu pompeuse qui m'a l'air de la même époque :

conde-7

Cette place Pierre Delcourt n'est pas gigantesque mais présente bien des attraits architecturaux puisqu'on peu aussi y admirer l'ancien corps de garde de 1789, devenu Office de Tourisme et surplombé par un mini-beffroi :

conde-8

La façade est ornée d'une méridienne de 1791, un cadran solaire qui ne fonctionne qu'aux alentours de midi, pratique pour régler pendules et montres :

conde-9

Toujours sur cette place, le bureau de poste :

conde-10

Il y a belle lurette que je n'avais vu mention des Télégraphes à côté des Postes et Téléphones sur l'enseigne d'un bureau de poste en France !

Dans une rue adjacente, avec une autre vue sur le beffroi, une maison de briques rehaussées de pierres, joliment restaurée :

conde-11

Au hasard des rues, nous voilà devant un mini-square abritant une étrange statue à la gloire de La Clairon (1723-1803) :

conde-12

Native de Condé, Claire-Josèphe Léris, dite Mademoiselle Clairon, ou encore la Clairon, fut une des plus grande comédienne du 18ème siècle. Manifestement, sa renommée s'est quelque peu estompée avec le temps pendant que son monument noircissait...

Encore une belle demeure en briques, chapeautée d'ardoise :

conde-13

Et hop, en voiture Simone Ciorane pour la forêt toute proche où un bon bol d'air s'impose. La promenade est bien agréable sur ces larges chemins bien entretenus. Au milieu des arbres, subsistent juste ces pans de murs en ruine :

conde-14

Sans doute les vestiges d'une ancienne enceinte autour du domaine de ce majestueux château bien à l'abri derrière sa splendide grille en fer forgé, au bout d'une longue allée pavée :

conde-15

C'est le château de l'Hermitage, bâti à la fin du 18ème pour le Prince Anne-Emmanuel de Croÿ. Bienheureux sont les actuels propriétaires privés !

conde-16

Toutes les informations sont issues du site de Condé sur l'Escaut et Wikipedia.