Le musée d'art moderne de Lille, le LAM pour les intimes, présente jusqu'au 5 juin 2016 L'oeil intérieur, une exposition consacrée à Amedeo Modigliani. Une centaine d'oeuvres de ce peintre mort prématurément à 35 ans sont réunies pour le plus grand plaisir des visiteurs qui s'y pressent en nombre.

D'ailleurs, devant l'affluence, les organisateurs ont dû rajouter une nocturne le samedi jusque 21 h. Et cette expo partira ensuite en voyage à Budapest puis Helsinki, c'est dire sa qualité !

Bon, il faut tout de même que je vous avoue une tare : les portraits de Modigliani me laissent totalement de marbre. Ce qui me marque surtout dans un tableau, c'est la lumière (c'est pourquoi j'adore l'impressionisme) et ensuite, le regard des modèles éventuels. Là, ces yeux sans pupilles me regardent sans que je puisse les voir. Modigliani est certes un génie de la peinture mais ses tableaux n'éveillent rien en moi.

Il faut essayer de garder l'esprit ouvert, c'est pourquoi je suis allée voir cette expo. Eh bien, à ma grande surprise, j'en suis sortie enchantée. La scénographie a été étudiée avec tellement d'intelligence que même une béotienne comme moi peut y trouver intérêt car on entre ainsi de plain-pied dans le processus de création.

En effet, toute l'exposition repose sur le parallèle et le dialogue entre les oeuvres de l'artiste et celles qui l'ont inspiré avec des explications à la fois savantes et compréhensibles par le quidam. On est loin du baratin intello de certaines expos et c'est tant mieux !

Tout d'abord, on peut admirer des dessins et des sculptures de Modigliani mis en relation avec les cultures qui l'ont marqué : l'Egypte ancienne, les Cyclades, les Khmers, l'Afrique Noire. Chacune est représentée par une oeuvre ou deux, choisies pour que le visiteur se rende mieux compte de ces influences.

Réinventer des formes classiques, faire naître le mouvement et l'émotion en quelques coups de crayon, une pure magie !

modigliani-1

Bien sûr, ces clichés ne sont qu'un minuscule témoignage de ce qui est exposé.

modigliani-2

modigliani-3

La suite de son oeuvre, et donc de l'expo, montre comment  Modigliani fut aussi inspiré par les peintres qu'il côtoyait à Paris et c'est l'occasion d'admirer quelques-unes de leurs toiles. 

Entre autres, je n'avais jamais vu de toiles de Moïse Kisling, j'aime beaucoup l'atmosphère qu'il crée :

kisling

Surtout ce portrait par Kisling de Léopold Zborowski, courtier en art...

kisling-2

... autrement plus vivant que ce qu'en a peint Modigliani :

modigliani-4

Enfin, des goûts et des couleurs...

Partie très intéressante aussi de l'exposition, l'hommage à Roger Dutilleul, collectionneur et mécène éclairé du début du 20ème siècle qui soutint Modigliani à la fin de sa vie. Son neveu Jean Masurel a hérité de sa collection et l'a complétée avec sa femme Geneviève. Et c'est la donation qu'ils en ont faite en 1979 qui permis la création de ce musée.

Roger Dutilleul habitait un appartement incroyable, entièrement dédié à sa passion. Des toiles partout, sur les murs, les portes, entassées dans les coins :

dutilleul

Un petit écran interactif permet de faire défiler les clichés des différentes pièces de ce logement unique. Voici la vue de la salle de bains :

dutilleul-salle-bains

Perso, j'ai connu dans de vieilles maisons ce style de lavabo, ces têtes de robinet en croix et même les tablettes en verre et l'interrupteur tout rond. Par contre, je n'avais jamais vu des oeuvres d'art originales ainsi exposées dans un endroit aussi intime. J'espère que Roger Dutilleul ne se lavait pas trop souvent afin de garder l'air assez sec...

Conclusion : je ne me mouille pas trop en vous affirmant que cette exposition vaut le détour. D'ailleurs, j'ai vu sur le parking pas mal de voitures venant de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg.