Il s'amuse à raconter qu'il est né dans un pays qui n'existe plus. Bon, il n'a pas tout à fait tort puisque l'Allemagne de l'Est n'est plus indiquée comme telle sur les cartes de l'Europe. En tous cas, c'est en pensant à lui que j'ai acheté sur une brocante ce livre de cuisine dont la version originelle a été écrite dans l'Allemagne réunifiée :

livre

Ce n'est guère une surprise, la gastronomie allemande est du genre roborative. Il n'est qu'à voir le premier chapitre de ce livre traitant des "Collations et Repas Légers". Ah, ah, la bonne blague ! Pour exemple, le Pâté d'oignons à la pomme nécessite, pour 4 pommes et 4 oignons, carrément 1 kg de lard gras. Vous avez dit léger ?

Les saucisses et le porc en général sont bien sûr à l'honneur, ainsi que moult soupes à la viande, des boulettes, des ragoûts. Dans l'ensemble, c'est une cuisine nourrissante qui se veut savoureuse. Bref, on y sent un véritable plaisir de manger.

Perso, dans ce livre, j'ai un faible pour la vaisselle présentée, des assiettes et des plats de porcelaine qui fleurent bon la campagne :

assiette-4JPG  assiette-1 assiette-2

assiette-3

assiette-5

 La vaisselle est sympa mais j'ai trouvé aussi quelques recettes à mon goût dont cet intrigant Pain perdu aux pruneaux :

La recette du Schwarzer Magister

recette

Je le qualifie d'intrigant car, à la lecture des opérations, on sait qu'on obtiendra une sorte de pudding et pas du tout ce pain perdu en illustration :

image-recette

Des pruneaux cuits 15 mn compotent et ne risquent pas de rester entiers comme sur cette photographie. De même, des tranches de pain rassis imbibées d'un mélange d'oeufs et de lait puis cuites au four réunies dans un moule deviendront une masse compacte et non ce pain perdu. Les passer au préalable à la poêle ou non n'y change rien, foi de cuisinière.

Bref, comme disait l'autre, on nous ment, on nous spolie. Y compris dans les livres de cuisine. Heureusement, les blogueuses culinaires sont là pour rétablir la vérité. J'ai préparé cette recette de soit-disant pain perdu et le résultat a bien une allure de pudding, nettement moins alléchant, je vous l'accorde :

pain-perdu-pruneau

Ceci étant, peu importe la menterie du photographe professionnel car, et c'est le principal, cette recette à base de pain rassis est divine !

La saveur des pruneaux est délicatement relevée par le parfum du citron et la douceur de la cannelle (à condition d'en mettre très peu), un pur délice ! Sans compter la mise en oeuvre particulière qui nous évite la consistance affreusement gluante du pudding traditionnel. Lui, je le déteste. Le pudding allemand, je l'adore !

Je précise avoir adapté la recette à la quantité de pain rassis dont je disposais, mélange de pain de campagne et de baguette. Je ne l'ai pas fait dorer à la poêle car je n'en voyais pas l'intérêt. Ce qui m'a permis de diminuer la quantité de beurre nécessaire. Et pendant que j'étais dans les économies, j'ai zappé le sucre car les pruneaux sont bien assez sucrés à mon goût.

Un dernier détail : la couche supérieure de pain dans le moule n'a guère été humidifiée et reste donc croquante, ce qui m'a bien plu d'ailleurs. Si vous préférez un pudding entièrement moelleux, doublez donc la quantité de lait, en rajoutant éventuellement un oeuf.

160 g de pain rassis - 250 g de pruneaux dénoyautés - 30 cl d'eau - le zeste d'un citron - 1/2 cc cannelle en poudre - 40 g de beurre - 25 cl de lait - 2 oeufs

Dans une casserole, cuisez les pruneaux 15 mn à couvert avec l'eau, le zeste râpé du citron et la cannelle. Retirez les pruneaux du jus que vous ferez réduire d'un tiers à feu vif. Perso, contrairement au cuisinier allemand, j'ai laissé le zeste et la cannelle pour mieux parfumer le pain. Laissez tiédir le jus réduit.

Battez les oeufs avec le lait puis incorporez le jus de cuisson des pruneaux.

Mon pain de campagne était déjà tranché, j'ai juste coupé en rondelles le reste de baguette.

Beurrez grassement un moule à manqué (= un moule rond). Disposez-y la moitié du pain rassis en une seule couche. Ajoutez les pruneaux de ci, de là. Recouvrez du reste de pain puis versez le mélange liquide. Tassez avec le dos d'une cuillère à soupe.

Placez au dessus, en noisettes, le beurre restant. Enfournez à 180°C. Après 20 mn, baissez à 150°C pour 30 mn de cuisson supplémentaires.

Des tranches de pain croustillantes sur le dessus du pudding :

pudding-pruneaux

Et, une fois retourné, un pain tout moelleux avec des pruneaux fondants et si délicieusement parfumés :

pain-perdu-pudding-pruneaux

Verdict du Germano-Français qui ne connaissait pas cette recette : "C'est excellent !", "Das schmeckt gut !". Commentaire tout à fait partagé par la Belgo-Française que je suis.

       Ciorane