Durant quelque deux décennies, on éduque nos enfants et, à chaque Noël, on leur met des cadeaux sous le sapin. Puis, avec le temps, ils prennent leur indépendance et finissent, parfois, à mieux gagner leur vie que nous. Alors, quand revient Noël, c'est nous qui sommes gâtés.

C'est ainsi que, grâce à mon fils, mon vieux batteur à oeuf minus et faiblard s'est vu remplacé, ce 25 décembre, par un superbe robot pâtissier énergique comme la jeunesse :

robot-patissier-noel

Bien entendu, je l'ai étrenné l'après-midi même pour préparer des cookies, les biscuits préférés de mon fils :

cookies-pecan-pistache

Pour la recette, je n'ai évidemment pas suivi celle du livret fourni avec l'appareil. J'abandonnais, certes, ma cuillère en bois mais tout de même pas mon inspiration culinaire, non mais dis donc !

Pour 15 gros cookies :

100 g de beurre salé - 120 g de vergeoise blonde - 200 g de farine - 1 oeuf - 1 cc de levure chimique - 70 g de chocolat noir - 80 g de noix de pécan - 50 g de poudre de pistache (ou d'amande)

J'ai coupé le beurre en petits morceaux dans le bol du robot placé sur un tabouret près du radiateur afin qu'il ramollisse rapidement (et c'est l'avantage du bol en inox).

Pendant ce temps, j'ai haché au couteau le chocolat et les noix de pécan. Hop, tous dans une petite assiette. Dans un grand bol, j'ai mis la farine, la levure et la poudre de pistache.

Une fois le beurre bien mou, j'y ai ajouté la vergeoise blonde puis j'ai mis le robot en route comme indiqué dans la recette de cookies du livret. Contrairement à ce qu'ils préconisent, pas besoin de racler les bords du bol au bout de 20 s car le beurre ne colle pas sur l'inox.

En moins d'une minute, on obtient un beurre sucré en pommade. Nettement plus rapide que la cuillère en bois. Et moins fatigant !

L'oeuf ensuite, par le goulot du couvercle transparent, puis les ingrédients en poudre pour finir par les pépites de chocolats et de noix de pécan (et pas tout ensemble comme ils disent, na !), ça tourne et la pâte se forme sans effort.

Je n'ai pas mesuré le temps passé mais, c'est sûr, la préparation de la pâte à cookies est sacrément facilitée par le robot pâtissier.

Le temps de repos de la pâte au frais, je l'ai zappé et j'ai formé de suite 15 tas sur la plaque du four garnie d'un papier cuisson.

Zou, au four à 180°C pour 8 mn. A la sortie, les cookies sont encore mous. Je les trouve trop gros, je les écrase donc avec le dos d'une cuillère à soupe afin de les aplatir légèrement. Puis, après 5 mn, je les place sur une grille où ils refroidissent tranquillement.

Ces cookies sont délicieux, bien moelleux à coeur et croustillants sur les bords. Les morceaux tendres de noix de pécan sont fort agréables en bouche, surtout avec le sucré des quelques pépites de chocolat.

cookie-pecan-pistache

Pour en revenir au robot pâtissier, je ne suis pas une grande pâtissière et je n'ai plus de famille à nourrir. Je ne voyais donc pas trop l'intérêt d'un tel engin dans ma cuisine.

Après ce test, je ressens le même enthousiasme que le jour où j'ai troqué ma bouilloire siffleuse à mettre sur le gaz pour une bouilloire électrique. C'est pratique, efficace et tellement rapide !

Bon, maintenant, va falloir trouver une place dans mes placards... Certaines font trôner leur robot pâtissier au milieu de la cuisine. Le laisser ainsi à la poussière ne m'inspire guère et, aussi bien, mon unique plan de travail, coincé entre le gaz et l'évier, mesure tout juste 50 cm de large. Je n'ai donc pas le choix, les armoires doivent s'alléger quelque part !

~~~~~~~~~~~~

Pour terminer ce billet, j'ai une petite question aux heureuses utilisatrices d'un robot pâtissier :

Dans la  pâtisserie française traditionnelle, bien des recettes de gâteaux comportent des blancs en neige à incorporer en fin de préparation (quatre-quarts, moelleux au chocolat, etc). Dans le livret, ces filous n'ont choisi que des recettes avec uniquement les blancs (macarons, dacquoise) ou les oeufs entiers (pâte à choux et gâteaux d'origine anglo-saxonne, cookies, brownie, carrot-cake).

Comment faire alors si on ne veut pas acheter un second bol hors de prix ? Battre les blancs en neige au début, les réserver et comme la pâte se fait rapidement, ils n'ont pas trop le temps de redescendre avant leur incorporation ? Ou garder cet affreux batteur à oeufs que je n'aime plus ?

Merci à vous pour vos témoignages !

        Ciorane