Durant les vacances, l'homme m'a donc emmenée dans les Pyrénées, à deux cols et un tunnel de l'Espagne. Zou, sautons le pas et allons visiter le premier village de la péninsule ibérique, Bielsa.

L'hôtel de ville du 16ème vaut le coup d'oeil. Je n'en dirai pas autant de l'église, si ce n'est pour saluer le sens du commerce chez les catholiques espagnols. L'église est franchement sombre car la lumière du jour n'y pénètre que par des meurtrières. Mais pas de souci pour le touriste, il suffit d'un euro pour illuminer l'endroit.

Et si le fidèle veut brûler un cierge, un grand distributeur est prévu, comme pour le coca, le blanc remplaçant juste le rouge. Ok, ce type de distributeur existe dans les grandes cathédrales fortement touristiques mais, là, dans une si petite église sans guère d'intérêt ??? En tous cas, l'Église espagnole n'a pas une confiance folle dans ses fidèles... ou dans les visiteurs cambrioleurs de troncs...

Je garderai toutefois un très agréable souvenir de Bielsa, grâce à cette découverte :

bielsa-1

Derrière l'église, une grille et, en contre-bas, un tout petit cimetière aux tombes perdues dans un jardin de mauvaises herbes en pleine vie.

Au milieu des fleurs sauvages, certains disparus profitent de fleurs éternelles avec, sur cette croix, un joli drapé :

bielsa-2

A l'intérieur même du village (nous sommes au long de l'église), le contraste est grand entre les demeures abandonnées des habitants de jadis et les maisons toutes neuves derrière le mur d'enceinte :

bielsa-3

Les tombes envahies de mousses se fissurent...

bielsa-4

Surprise ! La dépouille de Don Juan gît ici :

bielsa-5

Parti en 1942, à l'âge de 54 ans, il a rejoint un autre séducteur...

bielsa-6

... Casanova(s) qui repose en paix à Bielsa depuis 1935, bien fleuri, lui.

Les christs ne se portent pas très bien dans ce cimetière. L'un, à droite, a basculé. L'autre, à gauche, fut décapité :

bielsa-7

Originale, une croix de forme très simple est entourée d'un treillis de perles noires :

bielsa-8

Ne serait-ce pas de la bakélite, cet ancêtre du plastique ?

bielsa-9

J'aime particulièrement cette croix joliment fleurie et ornée d'une si charmante vierge :

bielsa-10

Au bout du cimetière, les tombes disparaissent presque entièrement dans la florissante vie végétale :

bielsa-11

bielsa-12

Encore bien des interrogations devant ces deux tombes juxtaposées, aux mêmes vases de fleurs blanches :

bielsa-13

Sous les croix, un Christ et une Vierge Marie pour cet homme et cette femme aux noms totalement différents, décédés en 1960 et 1967. Pourquoi sont-ils ainsi unis dans la mort ?

Manifestement, la question n'inquiètait guère les Français en masse devant le cimetière, sortant du magasin tout proche remplissant leur voiture de cartons entiers, pastis et autres alcools à prix bas. Personnellement, j'ai préféré de loin m'enivrer de l'enchantement de ce cimetière étonnant.

bielsa-14

Il est insolite de trouver les tombes de Casanova et de Don Juan dans un si petit cimetière espagnol. Mais le plus incongru est la raison pour laquelle je me suis retrouvée dans ce village-là. Vous aurez du mal à y croire : c'est grâce au LOSC, le club de foot de la ville de Lille, tout au nord de la France, que j'ai découvert Bielsa et son cimetière.

Que je vous raconte : le Losc a depuis cette saison un nouvel entraîneur, monsieur Marcelo Bielsa, un Argentin mondialement connu dans le monde du foot, paraît-il. Vous ne le saviez pas ? Moi non plus.

L'homme qui aime m'emmener en vacances le sait bien, lui, puisqu'il est un fidèle supporter du club lillois depuis l'enfance. Donc évidemment, quand arrivé dans les Pyrénées françaises il a découvert sur la carte le village de Bielsa tout proche, il fallait absolument qu'il revienne avec cette photo unissant le Losc et Bielsa :

bielsa-losc

Vous trouvez un peu fou de partir à l'autre bout de la France avec un drapeau de son club de foot fétiche ? Bah, revenir de vacances avec, pour souvenirs, des oignons et des photos de tombes n'est guère plus sensé, il me semble. A chacun ses marottes...

En tous cas, je remercie bien monsieur Bielsa et le supporter du LOSC pour la découverte de ce cimetière envoûtant.

    Ciorane

 Si les visites de cimetières vous charment vous aussi, je vous propose quelques autres balades entre les tombes à Lille, à Bruxelles ou en Écosse.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer