Pour ce second Tableau Miam, j'ai choisi une peinture d'Odilon Redon, un artiste symboliste que j'apprécie particulièrement car ses deux périodes me parlent tout autant l'une que l'autre.

Au début, était le Noir avec des fusains, des lithographies illustrant un univers fantasmagorique entre rêve et cauchemar. Ensuite, il devient peintre de la lumière et des couleurs éclatantes avec des tableaux à l'atmosphère souvent mystérieuse, pour ne pas dire mystique.

Loin du monde magique que je connaissais d'Odilon Redon, je suis restée béate de surprise devant ce sujet aussi trivial et matérialiste : un navet !

Navet
Odilon Redon
MUba de Tourcoing
(dépôt du musée d'Orsay)

navet
En plus, le peintre a choisi de représenter ce bête légume avec une précision anatomique loin des floutés que je lui connaissais.

Bon, évidemment, Redon reste Redon et il a accompagné son navet de la silhouette énigmatique d'une Bretonne vue de dos, quittant la scène. Reviendra-t-elle faire un sort à ce navet en le jetant dans la marmite de Thérèse ? Ou l'abandonne-t-elle totalement à la curiosité du peintre ? Je ne sais.

En tous cas, je suis ravie de mettre en lumière sur le Net cette oeuvre méconnue d'Odilon Redon que vous ne trouverez sans doute dans aucun livre sur l'artiste.

Pour une analyse plus éclairée , je vous renvoie à cet article de blog. Seule sa conclusion me semble outrageusement injuste. Non, il n'est pas vrai que le navet soit une "plante potagère sans grand intérêt et de saveur fade" !

Voyez plutôt mon navet cru en sauce chinoisante :

Source: Externe

Et puis, ce légume est un sujet passionnant. La preuve : j'ai fait un jour, ou plutôt une nuit, un rêve de navets.

Je vous rappelle aussi cette jolie soupe à la flamande, recette trouvée dans un livre de cuisine de 1889 qu'aurait pu lire Odile Redon lui-même s'il avait cuit des navets plutôt que de les peindre :

Source: Externe

Bref, admirez et savourez les navets, à table ou en peinture !

    Ciorane

Enregistrer

Enregistrer