Le tableau du jour propose une belle profusion de fruits et légumes qui ravira les amateurs de végétaux. C'est vrai que l'amoncellement de pieds (de porc ?) est nettement moins ragoûtant. Et que dire de cet étalage d'entrailles rougeoyantes ?

Chien dans une cuisine
vers 1620
Paul de Vos

chien-dans-une-cuisine
Palais des Beaux-Arts de Lille

Bon, à chacun ses goûts et ses dégoûts.... Une chose est sûre : ce chien, sujet principal du tableau, a l'air prêt à tout pour défendre sa pitance contre ce misérable félin à la fenêtre.

Perso, je suis plus attirée par les artichauts et les asperges représentés avec une précision de naturaliste. Miam, on en mangerait ! Bizarrement, le plat de fraises est nettement moins alléchant. On les dirait toutes molles et pleines d'eau.

chien-dans-une-cuisine-detail

D'un autre côté, Paul de Vos est un peintre hollandais plutôt connu pour ses scènes de chasse et donc de viandaille (enfin, d'après le peu qu'en raconte l'internet d'aujourd'hui). C'est donc une chance qu'il nous ait offert ces beaux légumes appétissants.

chien-dans-une-cuisine-details

 D'après le cartel du tableau, "le sujet du chien veillant sur sa nourriture s'accompagne d'une nature morte très étudiée : au delà de son caractère décoratif, elle peut être porteuse d'un symbolisme en lien avec les plaisirs terrestres."

Déjà, l'auteur de ces lignes ne se mouille pas trop : "elle peut être". C'est pas sûr mais c'est quand même peut-être. Pour ma part, je ne vois rien d'un quelconque symbolisme dans cette nature morte. Je vous avais prévenue, je suis vraiment trop béotienne en peinture. 

Reste qu'un tableau présentant de si beaux légumes et de la bidoche si moche peut être vu comme un hymne au végétarisme, non ?

      Ciorane