Finis les légumes d'hiver, voici venir les légumes du soleil. Même dans les tableaux miam !

Nature morte aux poivrons
Jean-Alexis Bobichon

Nature morte aux poivrons - Bobichon
La Piscine - Roubaix

Une assiette de poivrons avec un tas de fatras sur une planche recouverte d'un torchon et posée en équilibre précaire sur une chaise près de la fenêtre, ha, ha, on se croirait chez une blogueuse culinaire ! Pour ses photos, elle a besoin de lumière naturelle, le peintre y songeait déjà...

Né en 1911 et mort en 1985, Jean-Alexis Bobichon a pu connaître l'internet mais non les blogs. Pourtant, j'aime à penser que son tableau représente avant l'heure les coulisses d'un blog de cuisine et tant pis pour l'anachronisme.

Ceci étant, cette "recette" est des plus simples, juste un morceau de poivron cru avec un bout de pain, à avaler entre deux parties de cartes, peut-être. À moins qu'en fait, on ait là la liste en peinture des ingrédients du plat.

Nature morte aux poivrons - detail - Bobichon

Bon, arrêtons le délire de la blogueuse culinaire et revenons à l'artiste, Jean-Alexis Bobichon. Manifestement, ce peintre stéphanois n'a pas laissé grand trace dans la mémoire virtuelle d'internet.

Heureusement, une association tente de sauvegarder le patrimoine de Saint-Étienne et elle a donc consacré une page à cet enfant du pays avec une biographie succincte mais un bel aperçu de ses oeuvres. En fait, Jean-Alexis Bobichon a surtout peint des personnages, surtout sur verre et même sur vitrail.

Entre nous, je n'apprécie guère sa manière de représenter les humains, je la trouve sans joie, sans vie. Évidemment, c'est juste un avis personnel, totalement subjectif.

Par contre, cette nature morte aux poivrons me semble paradoxalement pleine d'humanité. Même sans aucune personne dans le cadre, on sent, on ressent la présence de l'habitant des lieux. Son chapeau, sa canne qui indiquent un promeneur sans doute actif. La pipe, les cartes pour les moments de repos.

La nature n'est pas en reste, elle aussi juste suggérée avec la plante et ces deux cages abritant certainement des oiseaux chanteurs. Il y a même des lampions pour apporter de la lumière colorée.

Et je termine par le sujet principal du tableau, ces trois poivrons tout tordus mais si frais, particulièrement alléchants avec leur robe brillante. Une petite salade estivale vous ferait envie ? Ou un gaspacho façon ch'ti mêlant poivron et endive sans même oublier un morceau du pain peint par Bobichon ?

Source: Externe

Ciorane