Pendant quelque vingt ans, j'ai répété à mes enfants qu'il fallait utiliser les couteaux fort coupants exclusivement sur une planche ou une assiette. Evidemment, faites ce que je dis et non ce que je fais... Il y a peu je me suis donc retrouvée en cuisine avec une entaille sur le pouce droit, ce genre de coupure superficielle pas grave mais qui pisse le sang.

D'habitude, je me contente de presser la blessure avec un autre doigt et en quelques minutes, ma main redevient valide. Mais ce jour-là, j'en étais au début de la préparation du repas, toute seule, le potiron criminel à finir de déshabiller et surtout les pommes de terre pleines de terre à éplucher. Difficile avec ma seule main gauche.

Je me suis alors rappelée l'expérience de mon fils. Il a passé cet été à Londres en travaillant dans une espèce de fast-food mexicain. Pas franchement expérimenté en cuisine, il s'est retrouvé avec carrément le bout du doigt coupé. Le système de santé anglais étant ce qu'il est, ils ont tenté nombre de méthodes pour arrêter le saignement avant même de songer aux urgences. Rien ne fonctionnait jusqu'à ce qu'un cuisinier lui applique sur le doigt une peau fine d'oignon, celle qui se trouve entre chaque couche. Et là, miracle, le saignement s'est arrêté.

oignon

Avec mon pouce qui pissait le sang, c'était l'occasion idéale de tester ce truc. Bon, pas facile dans ces conditions d'éplucher un oignon et de tirer cette peau si translucide. Surtout que, bécasse, je le faisais du côté convexe de l'oignon qui me glissait entre les doigts.

Avec des petits bouts, ça ne marchait pas mais quand j'ai réussi à en détacher un grand morceau et à l'appliquer sur la coupure, le sang s'est arrêté de couler en quelques secondes. C'est magique ! Et je réponds à la question que chacun se pose : ça ne pique pas ! Un pansement là-dessus pour protéger la blessure et hop, la cuisinière repart à l'attaque des légumes.

Enfin, je vous raconte cette histoire mais, en fait, vous n'êtes pas concernés. Il n'y a aucun maladroit parmi vous, n'est-ce pas ?