La boulange n'a jamais été une réussite dans ma cuisine. Je ne sens pas la pâte à pain. Avec ces petites levures qui la font se lever, j'ai l'impression qu'elle vit une vie propre, totalement étrangère à la mienne.

Maintenant que "Fiston Noël" m'a offert un robot pâtissier qui pétrit tout seul, il fallait tout de même que je réitère encore une fois l'expérience. Allez, on met les craintes de côté, on sort la farine et la levure ch'ti Lesaffre. Pour rester dans le Nord, j'y ajoute du Maroilles, le romarin de mon jardin et, en rappel des vacances, un peu de piment d'Espelette du pays basque.

Eh bien, figurez-vous qu'avec l'aide de ce robot, la boulange est nettement plus facile et réjouissante ! Voyez-donc :

pain-maroilles-romarin-espelette

J'en profite pour participer à Compile-moi 1 menu avec, pour thème du mois :

On est dans le pétrin

petrin

Un jeu organisé du 1er au 25 septembre 2017 par :

Nath « Une cuisine pour Voozenoo »

et

Sandra « Encore un gâteau »

pain-maroilles-romarin

400 g de farine 55 - 6 g de levure sèche - 1 pincée de sucre - 1 cc de sel - 1 cc de piment d'espelette - 3 branches de romarin frais - 150 g de Maroilles - 25 cl d'eau tiède

Comme je suis mal placée pour vous donner des conseils en boulange, je vous raconte ma recette à la première personne. C'est juste mon expérience, sans aucun impératif.

J'ai d'abord réveillé 10 mn la levure dans un peu d'eau tiède sucrée (prise sur les 25 cl). Dans le bol du robot pâtissier, j'ai placé la farine. J'y ai ajouté la levure bouillonnante de vie, le reste de l'eau et j'ai lancé la machine avec le fouet pétrisseur à la vitesse 1.

J'ai ajouté en pluie le sel au bout de 5 mn seulement de pétrissage car je craignais de tuer la levure en la mettant trop tôt.

Cinq minutes de pétrissage supplémentaires (10 mn en tout) et j'ai arrêté la machine. Une fois le bol retiré, je l'ai recouvert d'un torchon pour une levée de 3h.

Pendant ce temps, j'ai descendu dans mon jardin pour y cueillir du romarin, 3 branches. J'en retiré les aiguilles que j'ai finement émincées au couteau.

Pour la préparation du fromage, j'ai gratté au couteau de cuisine mon Maroilles avant de le débiter en petits dés.

Une fois ma pâte à pain bien levée, je l'ai déposée sur le plan de travail. Je l'ai  travaillée à nouveau pour la dégazer comme disent les pros.

J'y ai incorporé le romarin puis le piment d'espelette et le Maroilles. Une nouvelle levée sous un doux linge attend la pâte à pain, 1h environ.

J'ai préchauffé mon four en chaleur tournante (je sais, c'est pas bien pour le pain mais j'ai mes manies) à 210°C (parce que plus chaud, le fusible saute) avec la lèchefrite à l'intérieur.

Une fois le four à température, j'ai entaillé le dessus du pain avec une lame puis l'ai délicatement posé sur la lèchefrite brûlante. Je l'ai accompagné d'un petit ravier d'eau chaude afin de produire le "coup de buée" vu jadis sur des blogs savants.

Après une cuisson de 35 mn, voilà le joli pain que j'ai sorti du four :

pain-maroilles-espelette-romarin

Le Maroilles s'est un peu échappé du pain, on ne voit pas les brins de romarin tout en en sentant pourtant la saveur provençale, le piment d'espelette mal réparti tachette d'orange la mie. Mon pain maison a des défauts mais il m'a régalée tel qu'il est !

pain-maroilles

Si vous préférez la fausse boulange rapide sans pétrissage, essayez donc ma recette de petits pains rapides au Maroilles avec de la levure chimique.

     Ciorane

Enregistrer

Enregistrer