Certes, la rime n'est pas riche. Mais dans la cuisine de quat'sous, on ne pouvait guère s'attendre à mieux. Aussi bien, c'est de végétarisme à la petite semaine dont je vais vous parler.

viande2_006

Des blogs et forums qui vous expliquent pourquoi et comment devenir végé-tarien-talien, il y en a pléthore sur le net. Là n'est pas mon propos. Parce que, je l'avoue, je reste trop égoïste pour me priver totalement du plaisir de manger du cadavre (Miam, le confit de canard et les petites côtelettes d'agneau sur le barbecue !). La souffrance des animaux n'a pas assez d'impact sur moi, ni celle des humains (si les surfaces cultivables réservées aux céréales pour les animaux d'élevages servaient à nourrir les humains, la faim dans le monde disparaîtrait). Et le développement durable me semble un concept un peu abstrait (même si je sais que l'élevage pollue plus la terre que les transports mondiaux).

Pourtant, partant du principe qu'un petit geste vaut mieux qu'un long discours, je pense que limiter sa consommation de viande, c'est déjà pas si mal. Beaucoup plus facile aussi que de virer vegan. Et on a vraiment à y gagner car la viande est le poste alimentaire le plus  onéreux. Même si vous êtes un carnivore impénitent, avec les économies réalisées en mangeant végé de temps à autre, vous pourrez vous offrir des morceaux de viande bien meilleurs et ce, quels que soient vos revenus. Intéressant, non ?

Et puis, on n'est pas obligé de se convertir au tofu, tempeh, seitan, pst ou quorn (ni même de savoir ce que c'est) pour remplacer la viande quelques fois par semaine. Nos aliments de tous les jours comme les pâtes, le riz, les légumineuses y pourvoient si facilement. C'est ce que je vous propose de découvrir chaque vendredi en recyclant d'anciennes recettes de quat'sous car le recyclage, c'est écolo !

La semaine prochaine, on commence par les haricots blancs qui se mangent autrement qu'en cassoulet, eh oui !