Le terroir nordiste était fort dépité que je lui fasse une infidélité en cuisinant des pommes de terre de Noimoutier, abandonnant ainsi toutes les patates ch'ti. Pour le consoler, je fis une nouvelle poêlée de ces succulentes petites pommes de terre mais parfumée de Maroilles. Un festin !

noirmoutier-maroilles

Plusieurs manières de procéder étaient possibles :

Cuire les pommes de terre de Noirmoutier à l'eau, les couvrir de tranches de Maroilles dans un plat à gratin et faire dorer le tout sous le gril du four.

Ou alors les cuire directement à la poêle avant d'y faire fondre le fromage.

Ma gourmandise m'a soufflé que le mieux était de poêler les pommes de terre cuites à l'eau pour qu'elles soient à la fois moelleuses et dorées puis de les allier au Maroilles fondant si subtil, doux de texture et fort en goût avec, comme de bien entendu, de la fleur de sel de Noirmoutier et du persil haché :

pomme-de-terre-maroilles

 Pour suivre ce chemin vers un quasi-nirvana, faites cuire à l'eau vos pommes de terre de Noirmoutier (ou autres pommes de terre primeur) juste lavées avec leur peau, coupées en deux ou entières selon leur grosseur.

Égouttez-les puis jetez-les toutes chaudes dans une poêle avec un peu d'huile et quelques gousses d'ail passées au presse-ail. J'en profite pour préciser que des pommes de terre cuites de la veille passées à la poêle, ce n'est pas bon du tout, foi de ch'ti à moitié belge !

Quand elles sont dorées à votre goût, poivrez et salez à la fleur de sel de Noirmoutier (ou d'ailleurs). Déposez du Maroilles en tranches fines et laissez fondre le fromage à feu doux à l'abri sous un couvercle pour plus de rapidité. Parsemez de feuilles de persil plat ciselées et servez de suite.